Jubilé : « L’Eglise est faite pour évangéliser… nous avons reçu et nous allons donner »

Le dimanche 4 juin, l’Eglise en Vendée a vécu au rythme de la grande fête de son jubilé. Près de 3000 personnes ont rejoint le Vendéspace, à Mouilleron-le-Captif pour y vivre des retrouvailles d’Eglise, pour rendre grâce, et pour repartir dans le quotidien comme disciple-missionnaire, pleines du souffle de l’Esprit de Pentecôte. Notre évêque a redit avec force que l’Eglise en Vendée avait été inventive, le restait, et que l’important désormais était que le Christ continue d’être transmis « par nos voix, nos actes et nos choix ».

 

« D’hier à aujourd’hui, jouons avec notre histoire ! »

La matinée de cette journée de Pentecôte a été marquée par un grand jeu intergénérationnel, proposé dans le parc de Beaupuy, aux abords du Vendéspace, sous l’intitulé : « D’hier à aujourd’hui, jouons avec notre histoire ! »

Des centaines de personnes ont parcouru en groupes, par paroisse ou en famille, les différents stands disséminés autour de la longère et du château de Beaupuy. Jeux, énigmes, épreuves d’habileté complétaient la présentation orale de 8 personnages catholiques marquants de notre diocèse, réalisés par des comédiens bénévoles. Avec beaucoup d’investissement et de réussite, ils se sont ainsi glissés dans les costumes du cardinal Richelieu, de St Louis-Marie Grignion de Montfort, de la Bse Marie-Louise Trichet, de l’abbé Louis-Marie Baudouin, Charlotte-Gabrielle Ranfray, de l’abbé Pierre Monnereau, de Ste Marie-Euphrasie Pelletier, ou encore de St Henri Dorie.

Les participants de chaque étape du jeu ont été invités, et notamment les enfants à colorier une grande fresque, terminée durant la journée sur le parvis du Vendespace, faisant apparaître la phrase « l’Eglise en Vendée, c’est nous ! Aujourd’hui et demain ».

 

« N’ayez pas honte de dire que vous êtes croyant »

Les 15-30 ans ont profité eux d’une matinée de témoignages, ponctuée de louange, à l’intérieur du Vendéspace. #Jesusinmylife a ainsi offert à un public joyeux et enthousiaste de 250 jeunes, les belles paroles de croyants engagés, au fort parcours humain et spirituel.

« Tout est possible avec Jésus » a lancé Laurent Gay, ancien toxicomane qui a rencontré Dieu en prison alors qu’il était prêt au suicide. Godlive et Nicolas Mairand ont partagé leur expérience de coopération à Madagascar avec leurs 4 enfants. « Osez la mission, les jeunes ! » a été leur grand appel.

« Moi, à votre âge, j’avais grave honte de dire que j’étais catho… mais quand j’ai compris que Dieu n’est qu’amour… ma vie avait déjà changé ». Tristan de Groulard, ancien concepteur de programmes TV et WEB a évoqué son aventure quand il a tout quitté pour fonder « Comédie Musicamp », une entité ayant pour ambition d’aider les jeunes à s’impliquer dans des projets de comédies musicales. « Bougez-vous, et n’ayez pas honte de dire que vous êtes croyant » a-t-il rappelé dans un langage direct et accrocheur.

 

Pop louange, adoration… et bonne humeur

Vers la fin de matinée, les participants se sont faits plus nombreux et un flot de personnes a envahi l’esplanade du Vendespace. Rencontres, discussions, retrouvailles, mais aussi possibilité d’adorer le Saint-Sacrement, de se confesser, la fête du jubilé semblait bien partie ! La louange de Team O’Theo a donné un tempo enjoué à cette fin de matinée. De l’énergie, de la voix, des instruments et de la bonne humeur au service de Dieu ! Après le temps de la musique est venu le partage de l’apéritif puis du repas. Parmi les desserts partagés : un gâteau décoré aux couleurs du logo du jubilé ! Dans la matinée, le groupe des pèlerins du jubilé, emmené par François Garnier et l’abbé Airaud est arrivé sur place après une marche de deux jours depuis la cathédrale de Luçon. Une quarantaine de pèlerins, fatigués, mais heureux d’avoir rencontré sur leur route quelques hauts lieux du patrimoine spirituel vendéen : la cathédrale, les églises romanes de Mareuil et de la Chaize.


 

Notre diocèse : hier, aujourd’hui et demain.

Le public a rejoint, à partir de 15h, la grande salle du Vendespace, aménagée pour l’occasion. Le travail de très nombreux bénévoles, en tout près de deux cents, peut ainsi être salué. Ils se sont relayés pour la décoration, les stands de l’accueil, les chants et la musique, la liturgie, les animations, les parkings,…

Une séquence reliant passé, présent et avenir, scénarisée et animée avec le concours de Jean-François Joguet, des équipes techniques et artistiques d’AMP Interactive, et sur scène du journaliste Emmanuel Faure et de comédiens bénévoles, s’est déployée durant une heure et demie. Une séquence pour concrétiser l’anniversaire du diocèse donnant envie aux personnes présentes de transmettre la joie de cet anniversaire ! Au milieu de cette séquence anniversaire, grâce au chant de la chorale, et à de petites bougies électriques que chacun agitait, un « joyeux anniversaire Luçon » a pu résonner avec émotion au cœur de cette grande salle.

Voir la vidéo intégrale. Un minutage vous permet d’accéder directement aux différents temps, intervenants…

 

Cette séquence anniversaire a permis d’abord un temps de réappropriation de cet héritage chrétien qui a façonné la Vendée. Une partie historique contenant un très beau film de 7′, des interviews d’experts : Dominique Souchet, président des Amis de la Cathédrale et l’abbé Marie-Jo Seiller, vicaire épiscopal du diocèse, et un autre film basé sur des photos des différentes groupes, mouvements, associations, paroisses, regroupées au sein d’« un album de famille ». En évoquant les saints et tous ceux qui se sont donnés à la suite du Christ dans l’histoire religieuse vendéenne, Dominique Souchet a rappelé que ces belles figures étaient autant « de repères qui peuvent féconder notre présent. Elles nous disent : il y a un charisme vendéen, celui de la fidélité inventive. C’est maintenant à notre tour d’être fidèles à ce charisme, comme Dieu est « fidèle en ses promesses ». Si nous le sommes, alors les fruits seront aussi abondants demain qu’ils l’ont été dans le passé. » L’abbé Seiller en évoquant les nombreux changements de la vie d’Eglise depuis 1960 jusqu’à nos jours a appelé à ce « que l’Esprit Saint nous renouvèle pour porter l’espérance à nos contemporains ».

 

Après l’histoire, est venu le temps de comprendre les défis à relever aujourd’hui pour l’Eglise. Aidé par des prises de parole du Pape François, ces défis sont bien identifiés : évangélisation, famille, regard critique sur la mondialisation et écologie intégrale. Ces défis ont été commentés par plusieurs intervenants sur scène : François Tenaud, professeur de philosophie au lycée Ste-Marie, à Cholet ; Marie-Pierre Chéreau, responsable du service diocésain de la pastorale familiale et en particulier auprès des familles précaires ; Jean-Michel Poupeau, ancien PDG d’Horoquartz à Fontenay-le-Comte et créateur d’Horanet et membre des EDC : entrepreneurs et dirigeants chrétiens ; et Patrick Tricot, diacre et agriculteur bio aux Herbiers. Pour Marie-Pierre Chereau : « le pape envoie les familles et les couples en mission, ils comptent sur ces petites Eglises domestiques comme une ?joie pour le monde?… pour ça, il faut rester brancher sur le Christ et accepter de recevoir ce qu’Il veut nous donner. »

 

Enfin un temps de mise en perspective : « Eglise de Vendée, où vas-tu ? » a permis d’entendre et de voir sous forme d’un zapping de vidéos, des chrétiens du diocèse, connus ou anonymes, évoquant leurs raisons de croire, leurs raisons d’espérer. Un temps a permis d’écouter également plusieurs témoignages, tous aussi touchants les uns que les autres. Ainsi, sur scène, en duplex ou en différé depuis l’autre bout du monde, ils ont pu manifester une belle espérance pour l’Eglise de demain : Elisabeth et Jacques Bailly, fondateurs de la Petite Communauté Sainte Claire à la Roche sur Yon, qui regroupe des personnes aux parcours de vie difficile ; l’abbé Florent Murzeau, curé à Chavagnes-en-Paillers ; l’évêque de Suwon en Corée, Mgr Matthias Ri Iong Hoon, diocèse où a été martyrisé saint Henri Dorie ; un couple vendéen en coopération à Madagascar avec leur famille : Hubert et Séverine Laurent ; et enfin l’évêque d’un autre diocèse fêtant cette année ses 700 bougies, Mgr Bestion, évêque de Tulle. Pour l’abbé Murzeau, jeune curé de paroisse en rural, la recette d’une paroisse missionnaire et rayonnante se résume en cinq points : « la prière, la fraternité, le service, la formation, et l’évangélisation ». Au bout du monde, à Madagascar, Séverine et Hubert Laurent, ont expérimenté eux « la joie de donner ». « Je trouvais que c’était un beau concept de donner, mais quand il fallait donner ce qui m’appartenait c’était plus dur. Ici, on n’a pas le choix,… on ne peut que donner. Et finalement on en tire une joie extrêmement grande » a redit Séverine Laurent, dans un message vidéo enregistré sur un marché malgache.

 

« Nous avons reçu gratuitement, donnons gratuitement »

Devant tant de beaux témoignages, notre évêque, en prenant la parole, a fait monter depuis son micro, une immense action de grâce et a lancé aussi une belle invitation missionnaire pour nos communautés : « L’Eglise est faite pour évangéliser… nous avons reçu gratuitement, donnons gratuitement ».

« L’émerveillement que nous ressentons en contemplant tant de vies données au cours de la longue histoire de notre Eglise ne doit pas rester sans lendemain. La route continue. Nous avons beaucoup reçu et nous voulons donner. Accueillons cette belle parole de l’Evangile : « vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » ! Nous ne parvenons pas aujourd’hui à un terme, nous vivons simplement une étape, certes importante, de la vie de notre Eglise.

Lorsque je suis arrivé parmi vous il y a quelques heures, je me proposais de lire le texte que j’avais préparé. En vous écoutant, en étant bouleversé depuis ce matin par vos paroles, en étant ému par vos témoignages, j’ai eu envie de le laisser, de m’adresser à vous et de vous remercier pour toute la vitalité que vous manifestez. Je pense à tout ce qu’ont donné les plus anciens, à la vie que les parents voient s’éveiller chez leurs enfants et à l’espérance forte que portent les jeunes. Tous, parmi vous, trouvent dans le Christ la raison de leur vie.

Il y a quelques instants, un intervenant affirmait : « Enlevez-moi le Christ et je ne suis rien. » Je ne pense pas qu’il voulait nier la beauté de tout ce qui est humain, mais il proclamait avec force que, pour celui qui a véritablement rencontré le Christ, la vie sans Lui n’est rien. Nous ne pouvons que partager ce bonheur de croire. Le pape Paul VI enseignait déjà que l’Eglise n’est pas une institution parmi d’autres : « elle est faite pour évangéliser ». Evangéliser, c’est-à-dire proclamer le Christ dans la cohérence d’une vie. Evangéliser, c’est-à-dire aimer à la manière de Celui qui a tant aimé le monde.

A l’occasion de ce grand jubilé, nous avons rappelé combien la Vendée a été inventive sur les chemins de l’évangélisation. A chaque génération, elle a su ouvrir des perspectives nouvelles. Cependant, bien qu’utiles, les méthodes et les moyens pastoraux demeurent seconds. Le plus important est que le Christ parle par nos voix, par nos actes, par nos choix et par le refus des lâches compromis. Nos institutions conservent certes leur valeur et, plus particulièrement, celle qui a produit et qui produit tant de fruits : la paroisse. Mais à l’école du pape François, n’oublions jamais qu’elles ne gardent leur sens que si elles se laissent transformer par une fidélité inventive à la mission première de l’Eglise : rendre témoignage de l’espérance qui est en nous. Le Pape Benoît XVI qualifiait cet engagement de  » plus grande des charités ».

Nous avons tant reçu et aujourd’hui nous sommes reconnaissants envers tous ceux qui nous ont précédés. Nous gardons en mémoire les visages de prêtres, de religieux, de religieuses, de membres de notre famille et de proches. Ils ont su rendre le Christ présent à nos vies. A notre tour donnons généreusement. Nous souhaitons que la longue histoire de notre Eglise se poursuive et que s’avère toujours plus juste la phrase emblématique que nous avons choisie pour donner sens à la célébration du septième centenaire de la fondation de notre diocèse : « Fidélité de Dieu, espérance des hommes ».

A tous, j’exprime ma très grande reconnaissance et un immense merci. »

 

« Nos voix s’élèvent »

La messe de Pentecôte a clôturé une journée déjà très riche. Moment important, solennel et recueilli, la célébration a été introduite par le chant spécialement écrit pour le jubilé et pour les paroisses : « Nos voix s’élèvent ». En tête de la procession d’entrée : la bannière du jubilé, marquée du logo du jubilé et d’une reproduction de la Vierge Marie, sainte patronne du diocèse ; et l’évangéliaire du jubilé, le livre de la Parole de Dieu à la belle couverture ouvragée.

Voir la vidéo intégrale. Un minutage vous permet d’accéder directement aux différents temps de la célébration

 

« Que la certitude de la présence et de l’assistance du Dieu fidèle fortifie notre espérance. »

Mgr Castet s’est adressé particulièrement aux confirmands dans son homélie : L’Esprit suscite en vous, une croissance spirituelle qui vous permettra de vivre le meilleur de vous-même. Puis, son propos qui s’est élargi à la dimension de toute l’Eglise, a redit que le don de l’Esprit de Dieu, Dieu lui-même, se donnait pour tous : Ils sont là, autour de nous, dans nos familles, sur nos lieux d’étude ou de travail, dans nos villes, nos bourgs et nos villages, ceux qui sont appelés à devenir membres d’un peuple de frères, compagnons de Celui qui marche avec nous. Cette espérance s’affermit lorsque nous considérons la vie de nos communautés : les catéchumènes et les confirmands témoignent de la grâce de Dieu agissant en elles.

La finale du sermon a évoqué une Eglise locale de sept siècles, celle de Luçon, née au cœur une chrétienté de quinze siècles. À l’écoute de l’Esprit de Dieu, de l’Esprit Saint, l’Eglise incarnait cette permanence de la foi à travers de multiples générations et un émerveillement face aux dons que Dieu a pu donner et continue de donner : Fondée il y a quinze siècles, constituée en diocèse il y aura sept cents ans le 13 août prochain, notre Eglise, profondément reconnaissante pour le don de la foi qui lui a été fait, a toujours su, en toutes circonstances, dans la docilité au souffle de l’Esprit, emprunter les chemins qui lui permettent de demeurer fidèle à la mission qui lui a été confiée. « Fidélité de Dieu, espérance des hommes », proclamons-nous en cette année du septième centenaire de la création de notre diocèse. Que la certitude de la présence et de l’assistance du Dieu fidèle fortifie notre espérance. Demeurons les témoins de la générosité de Dieu : « vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Mt 10/8).

Puis avec l’huile parfumée, le Saint Chrême, l’évêque et les vicaires ont marqué le front de chaque confirmand. Cette année, 36 adultes, 10 hommes et 26 femmes, ont reçu le sacrement de confirmation. De 16 à près de 60 ans, provenant de toute la Vendée, avec des parcours de vie et des parcours professionnels variés, les confirmés représentaient un groupe mélangé comprenant des gens purement issus du terroir vendéen par leurs origines, mais aussi des vendéens d’adoption arrivés pour le travail. Dieu est pour tous, Dieu appelle là où il veut.

Les participants s’en sont retournés heureux chez eux, certains ont pu témoigner de leur espérance pour l’Eglise de demain.

La fête du jubilé fut un des beaux points d’orgue de notre année jubilaire, mais le jubilé continue.

G. Moreau

 

A regarder :

Reportage sur la journée

Notre diocèse : hier, aujourd’hui et demain

Messe de Pentecôte

Toutes les vidéos

 

A écouter : Intervention finale de la séquence festive – Mgr Castet

A lire : Homélie de la messe de la Pentecôte – Mgr Castet