Saint Sénoch

Moine-prêtre, né au sein de la tribu barbare des Taifales et mort, au retour d’un voyage dans sa famille à Tiffauges, en 576.

Sénoch est né au sein de la tribu barbare des Taifales, qui avait établie au Ve siècle une colonie dans la région de Tiffauges, Montaigu et Mortagne-sur-Sèvre.

Grégoire de Tours, qui l’a connu personnellement, raconte sa vie dans son livre de la Vie des Pères : « Il se convertit au Seigneur, devint clerc et se constitua un monastère : il trouva en effet en Touraine… un oratoire dans lequel, disait-on, notre grand saint Martin avait prié. Il l’aménagea avec soin, y dressa un autel, puis invita l’évêque. Vint le bienheureux Euphronius, qui consacra l’autel et conféra le diaconat à Sénoch. »

Ordonné prêtre quelques années plus tard, il s’enferma dans une cellule dont il sortit un jour « pour chercher et visiter des parents au pays poitevin dont nous avons parlé plus haut. Il en revint plein d’arrogance, ne cherchant à plaire qu’à lui seul. Nous lui en fîmes des reproches, et il entendit raison…

Comme il était âgé d’environ quarante ans, sous une petite poussée de fièvre il s’alita trois jours : on m’annonça qu’il allait mourir. Je me rendis en hâte à son chevet, mais je n’obtins pas un mot de lui tant il était fatigué : une heure plus tard il expirait. » C’était en 576.

Voir les autres